International d’Espalion les 8, 9 , 10 et 11 août

Quintais déclare forfait mais les différentes épreuves battent tous les records de participation Le Roi Philippe ne sera finalement pas là mais la barre des 512 équipes en doublettes et en triplettes sera atteinte. Espalion retient son souffle et égrène les heures qui le séparent maintenant du lancement officiel de cette 3e édition de l’International…

Vous devez être abonné pour visualiser ce contenu.
Connectez-vous en utilisant la boite de connexion en haut de la colone de droite ou souscrivez à l’une des formules d’abonnement si vous n’êtes pas encore membre.
Abonnez-vous

La question du jour

Concours  de  boules  ou  concours  de  tir(s) ?

Ce week-end à Carmaux, la configuration des terrains dits d’honneur privilégiait trop le tir au détriment de l’appoint. Mais çà, ce n’est que notre avis.

Le pointeur qui lance quelques boules pour voir comment répond le terrain. Le pointeur qui réfléchit et qui consulte ses partenaires avant de jeter le bouchon. Le pointeur qui, parce qu’il embouchonne  ou qu’il réussit le parfait devant de boule, arrive à retourner une mène  que le ou les trous de son tireur avaient rendu critique…, autant de scènes qui seront bientôt à ranger au rayon des souvenirs. Les terrains de quilles et autres stabilisés ou alors les surfaces surchargées de gravillons ont peu à peu remplacé les terrains dits sélectifs qui faisaient la part belle à l’appoint.

Tirer, encore tire, toujours tirer…
C’était le cas ce week-end à Carmaux où l’on avait du mal à reconnaître les cadres d’honneur que l’on avait connus il y a quelques années. Résultat : le tir a aujourd’hui pris le dessus sur le point et les équipes dites défensives ont de plus en plus de mal à se protéger. Et à gagner.C’est surtout vrai pour les concours en doublettes qui voient s’affronter des équipes composées de deux tireurs. Il n’y a plus de données à trouver et à utiliser. On ne cherche plus à « rentrer dans le bouchon » pour envoyer l’adversaire au rond. On se contente d’une boule moyenne qui va permettre de passer à l’offensive. Et si on manque, c’est pas grave. On retire et on compte sur le carreau pour rattraper le coup. Et si on manque encore, ce n’est toujours pas grave. On n’a qu’à continuer à tirer pour casser des points et ne pas prendre une grosse mène. Et si ça marche pas cette fois, ce n’est toujours pas grave, on recommencera à la mène suivante, ça finira bien par marcher !

Vous devez être abonné pour visualiser ce contenu.
Connectez-vous en utilisant la boite de connexion en haut de la colone de droite ou souscrivez à l’une des formules d’abonnement si vous n’êtes pas encore membre.
Abonnez-vous

En direct de Carmaux

Aurélie Bories battue en demi-finale du tête-à-tête, 268 équipes seniors inscrites au Supra National triplettes

Comme prévu, les averses orageuses se sont invitées à cette première journée du National de Carmaux. Principale conséquence : le tournoi exhibition a été purement et simplement annulé. En ce début de soirée de vendredi, les compétitions seniors et féminines en tête-à-tête se sont quant à elles poursuivies sous la pluie. Des conditions qui n’ont pas suffi à perturber les jeux de Stéphane Delforge et Caroline Bouriot. Le premier, régional de l’étape anciennement licencié à Gourdon (Lot) et aujourd’hui de Valinco (Corse de Sud), s’est imposé à l’issue d’une épreuve qui a réuni 344 joueurs. Côté Aveyronnais, la plus belle performance est à mettre à l’actif du Malgagche Romain Ratrimson (Pétanque Flavinoise), qui  a été éliminé en quart de finale par le futur vainqueur.

Vous devez être abonné pour visualiser ce contenu.
Connectez-vous en utilisant la boite de connexion en haut de la colone de droite ou souscrivez à l’une des formules d’abonnement si vous n’êtes pas encore membre.
Abonnez-vous

lundi 20 août 2018